INKtober2016 – RM-05

Voici le numéro 5 d’INKtober : « Triste ». C’est le mot proposé par Jake Parker, le père de #INKtober1. Toujours à l’encre, et sans crayonné…

Après la rédaction de cet article, je vais le poster sur le Groupe privé Facebook de Renata Dessin, puisqu’elle proposer à chacun(e) de participer2. Et que c’est grâce à elle que je me suis très activement remis au dessin, en général, & à INKtober2016 en ce moment. (:-{0}

 

INKtober2016 nº 5 – Triste

Dessin d'une tombe monumentale du Père Lachaise pour "Triste", au pinceau-réservoir noir, lavis et aquarelle verte, par Richard Martens, pour #INKtober2016 nº 5. #thefrenchINKtober #thefrenchINKtober2016 #INKtober #INKtober2016 @jakeparker #RichardMartens
Dessin d’une tombe monumentale du Père Lachaise pour « Triste », au pinceau-réservoir noir, lavis et aquarelle verte, par Richard Martens, pour #INKtober2016 nº 5. #thefrenchINKtober #thefrenchINKtober2016 #INKtober #INKtober2016 @jakeparker #RichardMartens

Pour ce mot, j’ai su, presque tout de suite, que j’irai dessiner quelque chose, près de chez moi, au cimetière du Père Lachaise. Quoi ? Je ne le savais pas encore… Si ce n’est que ce sera une tombe. Car, pour moi, une tombe représente beaucoup plus qu’un bloc de pierre. Même s’il s’agit de la tombe d’une personne qui nous est inconnue. Et qui n’est pas la tombe d’une célébrité, dont on peut se sentir proche…

Une ancienne étudiante me fait l’honneur de bien vouloir dessiner avec moi à l’extérieur, une fois par semaine, juste pour pratiquer le dessin. De l’entraînement, en somme. Je lui ai proposé  d’aller au Père Lachaise. Elle a accepté l’idée. Et pour ce mot d’INKtober, j’ai décidé, selon le proverbe :

Faire d’une pierre deux coups

que je ferai d’une pierre… tombale, deux coups !

Oui, je sais… J’ai beaucoup de mal à résister à un jeu de mot…

Nous nous sommes fixé, assez vite, sur un tombeau. Et j’ai commencé d’illustrer le mot de la liste de Jake Parker, traduite en Français3(cf. #thefrenchINKtober #thefrenchINKtober2016) : Triste.

 

Détail & technique de « Triste »

Extrait du dessin d'une tombe monumentale du Père Lachaise pour "Triste", au pinceau-réservoir noir, lavis et aquarelle verte, par Richard Martens, pour #INKtober2016 nº 5. #thefrenchINKtober #thefrenchINKtober2016 #INKtober #INKtober2016 @jakeparker #RichardMartens
Extrait du dessin d’une tombe monumentale du Père Lachaise pour « Triste », au pinceau-réservoir noir, lavis et aquarelle verte, par Richard Martens, pour #INKtober2016 nº 5. #thefrenchINKtober #thefrenchINKtober2016 #INKtober #INKtober2016 @jakeparker #RichardMartens

Concernant la technique, j’ai utilisé un bloc de papier aquarelle de format 15 x 23 cm. Donc proche du format A5. J’ai dessiné directement avec un stylo-bille noir sans crayonné (c’est la règle du jeu). Des tracés très légers…

Puis j’ai utilisé trois pinceaux :

  • un pinceau-réservoir noir ;
  • un pinceau à lavis gris (encre diluée) ;
  • un pinceau à eau4.

Comme on peut le voir sur ce fort agrandissement, j’ai placé des touches de pinceau noir pour poursuivre la « construction » du dessin, en alternant avec le modelé des nuances de gris.

Parfois en pratiquant des touches qu’on nomme « mouillé sur sec », donc sur le papier sec. Et parfois « mouillé sur mouillé », en utilisant le pinceau à eau AVANT de poser des touches de gris ou de noir.

Vous aurez donc compris que ces expressions indiquent, dans l’ordre :

  • d’abord le pinceau (forcément mouillé) ;
  • puis le papier (sec ou mouillé). S’il est mouillé, c’est avec de l’eau, donc sans couleur.

Enfin j’ai décidé de terminer en plaçant des ajouts d’aquarelle verte.

Résultats de « mouillé sur sec » & de « mouillé sur mouillé »

« Mouillé sur sec » donne des touches nettes, avec des contours précis, et parfois le bords des contours un peu plus « sombres » que l’intérieur de la touche.

« Mouillé sur mouillé » donne des contours flous, et permet des dégradés.

Ces deux façons de faire se pratiquent avec l’aquarelle, et aussi comme ici, avec le lavis – en général, il s’agit d’encre de Chine diluée. Et on peut aussi pratiquer avec tous les produits liquides ou solubles dans l’eau : gouache, acrylique, encre aniline, encre acrylique, tempera (peinture à l’œuf), peinture à la caséine, etc.

 

Cet article vous a t-il été utile ?  Ou agréable ? Merci de me le faire savoir, ci-dessous, dans les commentaires. Merci d’avance.

Richard Martens (:-{D}

Texte version 1.0


Notes

Voici les liens de l’article. Si un lien est brisé dans le corps de l’article, il vous suffit de faire un copier-coller du lien ci-dessous, et de le coller dans la barre de votre navigateur…

  1. Jake Parker, qui a conçu #INKtober : https://www.facebook.com/inktober/?fref=ts
  2. Renata Dessin, qui nous a proposé d’y participer, avec son blog « Dessinons ensemble » : http://lesimages2renata.com/
  3. Liste de Jake Parker, traduite en Français : https://www.facebook.com/Inktober2012/?fref=ts
  4. Pinceau à eau : c’est grâce à une de mes étudiantes, qui en utilisait un, il y a quelques années, que j’ai « découvert » l’existence de ce type de pinceau. Merci à elle… Un pinceau avec un réservoir, qui peut contenir de l’eau… Ou autre chose ? encre, aquarelle, etc. (;-{D}

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

INKtober2016 – RM-03a

croquisVoici le numéro 3 d’INKtober… Jake Parker, le père de #INKtober1, a proposé le mot « Cueillette », comme troisième mot du mois. Et Renata Dessin, qui nous a proposé d’y participer2, a donc déjà publié cela sur son Groupe privé Facebook. Donc invisible de ceux qui ne sont pas membres…

Pour la raison que j’expose ci-dessous, je vais – exceptionnellement – publier ce numéro 3, « Cueillette » en deux articles… (;-{D}

INKtober2016 nº 3 – Cueillette

Dessin de nu pour "Cueillette", au pinceau à encre noire, par Richard Martens, pour #INKtober2016 nº 3 a. #thefrenchINKtober #thefrenchINKtober2016 #INKtober #INKtober2016 @jakeparker #RichardMartens
Dessin de nu pour « Cueillette », au pinceau à encre noire, par Richard Martens, pour #INKtober2016 nº 3 a. #thefrenchINKtober #thefrenchINKtober2016 #INKtober #INKtober2016 @jakeparker #RichardMartens

Quel sens donner à « cueillette » ?

En effet, partant de la liste de Jake Parker, traduite en Français3 (cf. #thefrenchINKtober #thefrenchINKtober2016), je me suis posé la question de savoir ce qu’est une cueillette… Et donc l’illustrer par quoi ?

Quand on procède à une cueillette, en principe on récolte, par exemple, de nombreux fruits. Comme ce soir là, j’allais dessiner aux Arts-déco, dans le cadre des séances de nu, organisé par l’Ensad Alumni Paris4, je me suis fait la réflexion qu’à chaque séance, je « récoltais les fruits » de ces séances : mes dessins !

Aussi ai-je décidé que la cueillette serait la quasi totalité des dessins de la soirée ! D’où le « grand » nombre de dessin pour ce numéro 3 ! Et la raison de publier cela sur deux articles, donc deux jours.

 

Croquis d’un buste au stylo-bille noir

Dessin de nu pour "Cueillette", au stylo-bille noir, par Richard Martens, pour #INKtober2016 nº 3 b. #thefrenchINKtober #thefrenchINKtober2016 #INKtober #INKtober2016 @jakeparker #RichardMartens
Dessin de nu pour « Cueillette », au stylo-bille noir, par Richard Martens, pour #INKtober2016 nº 3 b. #thefrenchINKtober #thefrenchINKtober2016 #INKtober #INKtober2016 @jakeparker #RichardMartens

Ci-dessus, pour la première « cueillette », j’ai dessiné – en 5 minutes – au pinceau et à l’encre.

Ainsi que pour la deuxième, absente ici… Car j’étais très insatisfait des proportions de mon dessin…

Puis toujours pour la deuxième pose du modèle, dont le résultat ne me plaisait pas, j’ai décidé, dans les 5 minutes (à peine) qui restaient, de croquer simplement le buste du modèle au stylo-bille noir.

Car j’ai bien aimé cet éclairage en contre-jour de cette vue en trois-quarts arrière…

Ainsi que la position de sa main, posée sur son plexus…

 

Nu de face assis au sol

Dessin de nu pour "Cueillette", au pinceau à encre noire, par Richard Martens, pour #INKtober2016 nº 3 c. #thefrenchINKtober #thefrenchINKtober2016 #INKtober #INKtober2016 @jakeparker #RichardMartens
Dessin de nu pour « Cueillette », au pinceau à encre noire, par Richard Martens, pour #INKtober2016 nº 3 c. #thefrenchINKtober #thefrenchINKtober2016 #INKtober #INKtober2016 @jakeparker #RichardMartens

J’ai ensuite décidé de reprendre le pinceau à encre noire.

Il s’agit d’un pinceau à réservoir d’encre. Ce qui permet d’agir vite sans avoir à tremper le pinceau et à « faire la pointe » à chaque fois, avant de tracer…

Bien que nous ayons disposé de 15 minutes, je n’ai pas pu « finir » le dessin.

Vous aurez noté que je mets « finir » entre guillemets, car finir un dessin est toujours relatif. Parfois un dessin « inachevé » peut être aussi beau ou intéressant qu’un dessin « achevé », « fini »… Il suffit de voir les dessins des Maîtres, au fil des siècles, pour s’en assurer…

Sachant que je ne pourrais pas « finir », comme je le voulais, j’ai simplement veillé à équilibrer les noirs dans cette composition.

 

Nu debout en appui des deux mains contre le mur

Dessin de nu pour "Cueillette", au stylo-bille noir, par Richard Martens, pour #INKtober2016 nº 3 d. #thefrenchINKtober #thefrenchINKtober2016 #INKtober #INKtober2016 @jakeparker #RichardMartens
Dessin de nu pour « Cueillette », au stylo-bille noir, par Richard Martens, pour #INKtober2016 nº 3 d. #thefrenchINKtober #thefrenchINKtober2016 #INKtober #INKtober2016 @jakeparker #RichardMartens

Pour le dernier dessin de cette première partie, ce fut un dessin au stylo-bille noir.

Cette fois aussi, en 15 minutes…

Le modèle avait appliqué sa main gauche directement contre le mur, ce qu’on perçoit sous sa poitrine. Et s’appuyait de tout son avant-bras droit contre ce même mur.

J’ai voulu rendre l’éclairage, venant de la fenêtre, presque à contre-jour sur le bas de son corps. En esquissant à peine la tête et l’avant-bras droit…

Comme le temps nous est, littéralement, compté, le stylo-bille roule très vite sur la feuille… Presque à la limite du griffonnage !

Si vous regardez de près, vous pouvez voir des traits particulièrement légers. Qui sont un peu comme le fil de bâti des couturières. C’est comme un fil directeur du dessin à venir. Certains auteurs nomment cela une « ligne d’action » !

 

Chère lectrice, cher lecteur, je vous l’écrit à nouveau, il n’est jamais trop tard pour participer. Il s’agit simplement d’un entraînement ! Si vous publiez, pensez à ajouter (copier-coller) les hashtags ci-dessous :

#thefrenchINKtober #thefrenchINKtober2016 #INKtober #INKtober2016 @jakeparker

Avez-vous commencé à dessiner ?

Richard Martens

Texte version 1.1


Notes

Voici les liens de l’article, au cas où l’un d’eux serait brisé dans le corps de l’article… Si c’est le cas, il vous suffit de faire un copier-coller du lien ci-dessous, et de le coller dans la barre de votre navigateur…

  1. Jake Parker, qui a conçu #INKtober : https://www.facebook.com/inktober/?fref=ts
  2. Renata Dessin, qui nous a proposé d’y participer, avec son blog « Dessinons ensemble » : http://lesimages2renata.com/
  3. Liste de Jake Parker, traduite en Français : https://www.facebook.com/Inktober2012/?fref=ts
  4. Ensad Alumni  Paris est l’association officielle des anciens étudiants de l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris, dont je suis membre : https://www.facebook.com/groups/EnsadAlumniParis/

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Dessiner la tele–002

Ce qui me semble intéressant dans le dessin, c’est de pouvoir varier les techniques, donc les outils. Ce jour-là, j’ai choisi le pinceau-réservoir à encre noire. Face à une série policière en… rediffusion. Désolé d’employer le mot Français. Contrairement à la chaîne nationale… Française ! Qui nomme une rediffusion d’un mot Franglais, « Replay ». Ce qui me semble un comble ! A l’extrême rigueur, j’aurais bien vu un néologisme comme « Replait », ce qui aurait pu dire, j’imagine, « plaire à nouveau » ? Ah ! L’humour, toujours l’humour !

 

Portraits directement au pinceau

Quelques portraits dessinés directement au pinceau, par Richard Martens, le 6 juillet 2016, pendant la rediffusion d'une série policière.
Quelques portraits dessinés directement au pinceau, par Richard Martens, le 6 juillet 2016, pendant la rediffusion d’une série policière.

Ce jour-là, le 6 juillet 2016, j’utilisais encore un bloc à dessin de format A4 (21 x 29,7 cm). Depuis, j’ai choisi de garder les blocs pour l’extérieur. Et « à la maison », je suis revenu – très souvent – au papier machine, en feuille volante en A4…

Pour l’outil, il s’agit d’un pinceau-réservoir à encre noire, comme on en trouve beaucoup sur le marché de l’art. Certains sont « épais » et de qualité médiocre. d’autres sont plutôt agréable et permettent des tracés fins… ou épais !

Cette pratique de dessiner devant un écran de télévision m’est revenu grâce à l’exemple que nous offre Renata Dessin1, par sa pratique assidue du dessin, et ses propositions créatives hebdomadaires, sur son site…

 

Portrait au pinceau à contre-jour d’un protagoniste

 

Portrait dessiné directement au pinceau, par Richard Martens, le 6 juillet 2016, d'un personnage d'une série policière.
Portrait dessiné directement au pinceau, par Richard Martens, le 6 juillet 2016, d’un personnage d’une série policière.

J’apprécie beaucoup les séries Britanniques. Celle-ci en est une. C’est Inspecteur Barnaby2. Et, sur la page, j’ai noté le titre de cet épisode qui est un jeu de mots comme je les aime : Défunts gourmets. Je prends souvent des notes : une citation, un nom, un jeu de mots, un clin d’oeil, ou autre… à la volée !

Étant très sensible aux éclairages, celui-ci m’a plu. Donc j’ai tout de suite brossé rapidement ce portrait éclairé à contre-jour d’un des personnages de l’épisode !

En utilisant le pinceau, je me suis « imposé » de ne pas hachurer. Ce qui peut donner un aspect proche de la bande dessinée Américano-Belge3.

Certains croquis sont inachevés. Ou ne me plaisent pas… C’est le propre de l’artiste de « rater »… Je mets ce mot entre guillemets, car la « réussite » ou le « ratage », sont très subjectifs, surtout dans le domaine de l’art…

 

Portrait au pinceau d’un personnage fort peu sympathique

Portrait dessiné directement au pinceau, par Richard Martens, le 6 juillet 2016, d'une protagoniste d'une série policière.
Portrait dessiné directement au pinceau, par Richard Martens, le 6 juillet 2016, d’une protagoniste d’une série policière.

Là aussi, j’ai aimé l’éclairage, latéral, dramatique à souhait de cette femme. Et son expression que je trouve « dure ». Et là aussi, j’ai croqué à toute allure ce portrait, non pas au vitriol bien sûr, mais à l’encre noire.

Petite astuce en passant

En peignant rapidement, les poils du pinceau ne reçoivent pas assez vite l’encre du réservoir, et cela me permet de frotter – vite – le pinceau, en le couchant plus ou moins, pour avoir un frottis qui fait ressortir le grain du papier. Parfois, il peut même arriver que j’obtienne un gris !

Avez-vous déjà dessiné directement au pinceau et à l’encre ? Cet article vous a t-il donné l’envie d’essayer le pinceau ?

Richard Martens

Texte version 1.3


Notes

Comme d’habitude, voici les liens en notes, au cas où ils seraient brisés dans le corps de l’article… Dans ce cas, il vous suffit de faire un copier-coller du lien ci-dessous, et de le coller dans la barre de votre navigateur…

  1. Renata Dessin propose, chaque vendredi, une idée pour progresser en dessin : http://lesimages2renata.com/
  2. Inspecteur Barnaby : une série Britannique qui a environ 20 ans d’existence. Voici le lien vers l’article de Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Inspecteur_Barnaby
  3. La bande dessinée Américano-Belge : citons, entre autres, les Américains Milton Caniff, & son mentor Noel Sickles, ou le Belge Jijé (Joseph Gillain)…

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer