INKtober2016 – RM-05

Extrait du dessin d'une tombe monumentale du Père Lachaise pour "Triste", au pinceau-réservoir noir, lavis et aquarelle verte, par Richard Martens, pour #INKtober2016 nº 5. #thefrenchINKtober #thefrenchINKtober2016 #INKtober #INKtober2016 @jakeparker #RichardMartens

Voici le numéro 5 d’INKtober : « Triste ». C’est le mot proposé par Jake Parker, le père de #INKtober1. Toujours à l’encre, et sans crayonné…

Après la rédaction de cet article, je vais le poster sur le Groupe privé Facebook de Renata Dessin, puisqu’elle proposer à chacun(e) de participer2. Et que c’est grâce à elle que je me suis très activement remis au dessin, en général, & à INKtober2016 en ce moment. (:-{0}

 

INKtober2016 nº 5 – Triste

Dessin d'une tombe monumentale du Père Lachaise pour "Triste", au pinceau-réservoir noir, lavis et aquarelle verte, par Richard Martens, pour #INKtober2016 nº 5. #thefrenchINKtober #thefrenchINKtober2016 #INKtober #INKtober2016 @jakeparker #RichardMartens
Dessin d’une tombe monumentale du Père Lachaise pour « Triste », au pinceau-réservoir noir, lavis et aquarelle verte, par Richard Martens, pour #INKtober2016 nº 5. #thefrenchINKtober #thefrenchINKtober2016 #INKtober #INKtober2016 @jakeparker #RichardMartens

Pour ce mot, j’ai su, presque tout de suite, que j’irai dessiner quelque chose, près de chez moi, au cimetière du Père Lachaise. Quoi ? Je ne le savais pas encore… Si ce n’est que ce sera une tombe. Car, pour moi, une tombe représente beaucoup plus qu’un bloc de pierre. Même s’il s’agit de la tombe d’une personne qui nous est inconnue. Et qui n’est pas la tombe d’une célébrité, dont on peut se sentir proche…

Une ancienne étudiante me fait l’honneur de bien vouloir dessiner avec moi à l’extérieur, une fois par semaine, juste pour pratiquer le dessin. De l’entraînement, en somme. Je lui ai proposé  d’aller au Père Lachaise. Elle a accepté l’idée. Et pour ce mot d’INKtober, j’ai décidé, selon le proverbe :

Faire d’une pierre deux coups

que je ferai d’une pierre… tombale, deux coups !

Oui, je sais… J’ai beaucoup de mal à résister à un jeu de mot…

Nous nous sommes fixé, assez vite, sur un tombeau. Et j’ai commencé d’illustrer le mot de la liste de Jake Parker, traduite en Français3(cf. #thefrenchINKtober #thefrenchINKtober2016) : Triste.

 

Détail & technique de « Triste »

Extrait du dessin d'une tombe monumentale du Père Lachaise pour "Triste", au pinceau-réservoir noir, lavis et aquarelle verte, par Richard Martens, pour #INKtober2016 nº 5. #thefrenchINKtober #thefrenchINKtober2016 #INKtober #INKtober2016 @jakeparker #RichardMartens
Extrait du dessin d’une tombe monumentale du Père Lachaise pour « Triste », au pinceau-réservoir noir, lavis et aquarelle verte, par Richard Martens, pour #INKtober2016 nº 5. #thefrenchINKtober #thefrenchINKtober2016 #INKtober #INKtober2016 @jakeparker #RichardMartens

Concernant la technique, j’ai utilisé un bloc de papier aquarelle de format 15 x 23 cm. Donc proche du format A5. J’ai dessiné directement avec un stylo-bille noir sans crayonné (c’est la règle du jeu). Des tracés très légers…

Puis j’ai utilisé trois pinceaux :

  • un pinceau-réservoir noir ;
  • un pinceau à lavis gris (encre diluée) ;
  • un pinceau à eau4.

Comme on peut le voir sur ce fort agrandissement, j’ai placé des touches de pinceau noir pour poursuivre la « construction » du dessin, en alternant avec le modelé des nuances de gris.

Parfois en pratiquant des touches qu’on nomme « mouillé sur sec », donc sur le papier sec. Et parfois « mouillé sur mouillé », en utilisant le pinceau à eau AVANT de poser des touches de gris ou de noir.

Vous aurez donc compris que ces expressions indiquent, dans l’ordre :

  • d’abord le pinceau (forcément mouillé) ;
  • puis le papier (sec ou mouillé). S’il est mouillé, c’est avec de l’eau, donc sans couleur.

Enfin j’ai décidé de terminer en plaçant des ajouts d’aquarelle verte.

Résultats de « mouillé sur sec » & de « mouillé sur mouillé »

« Mouillé sur sec » donne des touches nettes, avec des contours précis, et parfois le bords des contours un peu plus « sombres » que l’intérieur de la touche.

« Mouillé sur mouillé » donne des contours flous, et permet des dégradés.

Ces deux façons de faire se pratiquent avec l’aquarelle, et aussi comme ici, avec le lavis – en général, il s’agit d’encre de Chine diluée. Et on peut aussi pratiquer avec tous les produits liquides ou solubles dans l’eau : gouache, acrylique, encre aniline, encre acrylique, tempera (peinture à l’œuf), peinture à la caséine, etc.

 

Cet article vous a t-il été utile ?  Ou agréable ? Merci de me le faire savoir, ci-dessous, dans les commentaires. Merci d’avance.

Richard Martens (:-{D}

Texte version 1.0


Notes

Voici les liens de l’article. Si un lien est brisé dans le corps de l’article, il vous suffit de faire un copier-coller du lien ci-dessous, et de le coller dans la barre de votre navigateur…

  1. Jake Parker, qui a conçu #INKtober : https://www.facebook.com/inktober/?fref=ts
  2. Renata Dessin, qui nous a proposé d’y participer, avec son blog « Dessinons ensemble » : http://lesimages2renata.com/
  3. Liste de Jake Parker, traduite en Français : https://www.facebook.com/Inktober2012/?fref=ts
  4. Pinceau à eau : c’est grâce à une de mes étudiantes, qui en utilisait un, il y a quelques années, que j’ai « découvert » l’existence de ce type de pinceau. Merci à elle… Un pinceau avec un réservoir, qui peut contenir de l’eau… Ou autre chose ? encre, aquarelle, etc. (;-{D}

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Auteur : Richard Martens

Diplômé des Arts-Déco (Ensad) de Paris. Ancien étudiant des Beaux-Arts (Ensba) de Paris. Illustrateur & graphiste de formation. J’ai exercé pour la presse, l’édition, le jeu vidéo pendant environ 20 ans. Professeur de dessin, de peinture & de graphisme depuis 1984… Et j’enseigne le dessin réaliste en cerveau droit depuis 1986…