INKtober2016 – RM-01

Exceptionnellement, je vais faire des articles très courts. En principe, si j’avais, logiquement, commencé au début de ce mois, il y en aurait eu trente-et-un. Un par jour. Car Renata Dessin, comme l’an passé, nous a proposé de faire un dessin par jour pendant tout le mois d’octobre ! En 2015, elle avait proposé de le faire sur un Post-it. Cela m’avait enthousiasmé1. ET cette année, en coopération avec Jake Parker, qui a conçu #INKtober2, Renata Dessin nous a proposé d’y participer3 ! C’est parti ! (;-{D}

 

INKtober2016 nº 1 – Rapide

Dessin au stylo-bille rouge et au noir, par Richard Martens, pour #INKtober2016 nº 1, le personnage de “Flash” pour "Rapide”. #thefrenchINKtober #thefrenchINKtober2016 #INKtober #INKtober2016 @jakeparker #RichardMartens
Dessin au stylo-bille rouge et au noir, par Richard Martens, pour #INKtober2016 nº 1, le personnage de “Flash” pour « Rapide”. #thefrenchINKtober #thefrenchINKtober2016 #INKtober #INKtober2016 @jakeparker #RichardMartens

Pour la première fois, il semble que @jakeparker ait proposé une liste qui fait donc office de thème. J’ai aussitôt accepté cela. J’aime bien les « contraintes », un peu comme la « commande d’un client ». Situation que j’ai vécu pendant presque vingt ans, en exerçant comme illustrateur, dans la presse et dans l’édition…

Ce premier mot est RAPIDE.

Dès la parution de la liste de Jake Parker, traduite en Français4 (cf. #thefrenchINKtober #thefrenchINKtober2016), trois heures avant le 1er octobre, j’ai commencé de délirer sur les images possibles…

J’ai d’abord pensé : Et si tous les mots illustraient des super-héros ? Car j’aime les bandes dessinées !

Puis j’ai pensé : Et si tous les mots étaient liés à un objet. Car j’aime dessiner les matières et les textures…

Et si j’illustrais…

Et je me suis décidé… à ne pas suivre, pour cette première année, autre chose que les mots de Jake Parker, et mes envies, sans ajouter un thème sur ses thèmes !

Donc, j’ai eu envie d’illustrer le mot « RAPIDE » avec le personnage « Flash » ! Car plus rapide que lui, cela devient difficile ! Voici le résultat, en ajoutant, bien sûr, #INKtober2016…

Dessin que je publie aussi sur le Groupe Facebook de Renata Dessin5

Si vous souhaitez participer, il n’est jamais trop tard, car il s’agit d’abord de votre pratique ! Si oui, il vous suffit, quand vous le publiez d’y ajouter, en copier-coller, les hashtags ci-dessous :

#thefrenchINKtober #thefrenchINKtober2016 #INKtober #INKtober2016 @jakeparker

Et vous, avez-vous envie de participer ? Qu’en pensez-vous ?

 

Richard Martens

Texte version 1.A


Notes

Comme d’habitude, voici les liens de l’article, au cas où l’un d’eux serait brisé dans le corps de l’article… Si c’est le cas, il vous suffit de faire un copier-coller du lien ci-dessous, et de le coller dans la barre de votre navigateur…

  1. Mes dessins sur un Post-it, en six articles : http://dessin-cerveau-droit.fr/dessins-sur-post-it-1/
  2. Jake Parker, qui a conçu #INKtober : https://www.facebook.com/inktober/?fref=ts
  3. Renata Dessin nous a proposé d’y participer, avec son blog « Dessinons ensemble » : http://lesimages2renata.com/
  4. Liste de Jake Parker, traduite en Français : https://www.facebook.com/Inktober2012/?fref=ts
  5. Groupe Facebook de Renata Dessin , qui propose régulièrement des idées et des thèmes d’entrainements : https://www.facebook.com/groups/DessinezAvecRenata/

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Dessiner la tele–002

Ce qui me semble intéressant dans le dessin, c’est de pouvoir varier les techniques, donc les outils. Ce jour-là, j’ai choisi le pinceau-réservoir à encre noire. Face à une série policière en… rediffusion. Désolé d’employer le mot Français. Contrairement à la chaîne nationale… Française ! Qui nomme une rediffusion d’un mot Franglais, « Replay ». Ce qui me semble un comble ! A l’extrême rigueur, j’aurais bien vu un néologisme comme « Replait », ce qui aurait pu dire, j’imagine, « plaire à nouveau » ? Ah ! L’humour, toujours l’humour !

 

Portraits directement au pinceau

Quelques portraits dessinés directement au pinceau, par Richard Martens, le 6 juillet 2016, pendant la rediffusion d'une série policière.
Quelques portraits dessinés directement au pinceau, par Richard Martens, le 6 juillet 2016, pendant la rediffusion d’une série policière.

Ce jour-là, le 6 juillet 2016, j’utilisais encore un bloc à dessin de format A4 (21 x 29,7 cm). Depuis, j’ai choisi de garder les blocs pour l’extérieur. Et « à la maison », je suis revenu – très souvent – au papier machine, en feuille volante en A4…

Pour l’outil, il s’agit d’un pinceau-réservoir à encre noire, comme on en trouve beaucoup sur le marché de l’art. Certains sont « épais » et de qualité médiocre. d’autres sont plutôt agréable et permettent des tracés fins… ou épais !

Cette pratique de dessiner devant un écran de télévision m’est revenu grâce à l’exemple que nous offre Renata Dessin1, par sa pratique assidue du dessin, et ses propositions créatives hebdomadaires, sur son site…

 

Portrait au pinceau à contre-jour d’un protagoniste

 

Portrait dessiné directement au pinceau, par Richard Martens, le 6 juillet 2016, d'un personnage d'une série policière.
Portrait dessiné directement au pinceau, par Richard Martens, le 6 juillet 2016, d’un personnage d’une série policière.

J’apprécie beaucoup les séries Britanniques. Celle-ci en est une. C’est Inspecteur Barnaby2. Et, sur la page, j’ai noté le titre de cet épisode qui est un jeu de mots comme je les aime : Défunts gourmets. Je prends souvent des notes : une citation, un nom, un jeu de mots, un clin d’oeil, ou autre… à la volée !

Étant très sensible aux éclairages, celui-ci m’a plu. Donc j’ai tout de suite brossé rapidement ce portrait éclairé à contre-jour d’un des personnages de l’épisode !

En utilisant le pinceau, je me suis « imposé » de ne pas hachurer. Ce qui peut donner un aspect proche de la bande dessinée Américano-Belge3.

Certains croquis sont inachevés. Ou ne me plaisent pas… C’est le propre de l’artiste de « rater »… Je mets ce mot entre guillemets, car la « réussite » ou le « ratage », sont très subjectifs, surtout dans le domaine de l’art…

 

Portrait au pinceau d’un personnage fort peu sympathique

Portrait dessiné directement au pinceau, par Richard Martens, le 6 juillet 2016, d'une protagoniste d'une série policière.
Portrait dessiné directement au pinceau, par Richard Martens, le 6 juillet 2016, d’une protagoniste d’une série policière.

Là aussi, j’ai aimé l’éclairage, latéral, dramatique à souhait de cette femme. Et son expression que je trouve « dure ». Et là aussi, j’ai croqué à toute allure ce portrait, non pas au vitriol bien sûr, mais à l’encre noire.

Petite astuce en passant

En peignant rapidement, les poils du pinceau ne reçoivent pas assez vite l’encre du réservoir, et cela me permet de frotter – vite – le pinceau, en le couchant plus ou moins, pour avoir un frottis qui fait ressortir le grain du papier. Parfois, il peut même arriver que j’obtienne un gris !

Avez-vous déjà dessiné directement au pinceau et à l’encre ? Cet article vous a t-il donné l’envie d’essayer le pinceau ?

Richard Martens

Texte version 1.3


Notes

Comme d’habitude, voici les liens en notes, au cas où ils seraient brisés dans le corps de l’article… Dans ce cas, il vous suffit de faire un copier-coller du lien ci-dessous, et de le coller dans la barre de votre navigateur…

  1. Renata Dessin propose, chaque vendredi, une idée pour progresser en dessin : http://lesimages2renata.com/
  2. Inspecteur Barnaby : une série Britannique qui a environ 20 ans d’existence. Voici le lien vers l’article de Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Inspecteur_Barnaby
  3. La bande dessinée Américano-Belge : citons, entre autres, les Américains Milton Caniff, & son mentor Noel Sickles, ou le Belge Jijé (Joseph Gillain)…

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Dessiner la tele-001

Depuis de nombreuses années, j’ai pris l’habitude de dessiner devant la télévision. Parfois… Pas tous les jours. Loin de là ! Et depuis le début de cette année 2016, j’ai repris cette habitude. Cette fois plus souvent ! Voici ce que cela peut donner… (;-{D}

 

Une page de dessin par soirée ?

Une page en format A4, dessinée au stylo-bille bleu, devant la télévision, par Richard Martens, le 18 juin 2016.
Une page en format A4, dessinée au stylo-bille bleu, devant la télévision, par Richard Martens, le 18 juin 2016.

Comme je l’explique ailleurs1, j’ai décidé de dessiner à nouveau régulièrement… Prenant Renata Dessin2 comme modèle de régularité, de talent et de créativité, dès octobre 2015, j’ai dessiné, d’abord sur des Post-it. Puis sur des carnets au format A6. Puis A5. Et chez moi, sur des carnets en A43.

Quand je dessine, c’est en suivant un film, une série, un documentaire, une émission culturelle…

Et vous pouvez voir que, je prends parfois des notes. Ce qui m’aide à mémoriser, car en écrivant, je mets en route une mémoire visuelle ET kinesthésique, celle du geste…

 

Un Dr Who presque ressemblant

Un portrait du Dr Who (David Tenant), dessiné en 5 minutes au stylo-bille bleu, devant la télévision, par Richard Martens, le 18 juin 2016.
Un portrait du Dr Who (David Tenant), dessiné en 5 minutes au stylo-bille bleu, devant la télévision, par Richard Martens, le 18 juin 2016.

Sur un blog, le format a des limites. C’est pourquoi je mets aussi des « extraits » des pages. Des recadrages en plus grand format…

J’aime beaucoup la série « Dr Who ». Je regrette juste qu’il soit difficile (impossible ?) de voir tous les épisodes Anglais, avec les Docteurs précédents… Ce soir-là, le Dr Who était interprété par David Tenant.

Je l’ai dessiné – quasiment croqué – en environ 5 minutes. Comment en suis-je sûr ? Grâce au chronomètre. À notre époque, nous en avons facilement un, même sur un « vieil » (5 ans !) iPod Touch

Je n’ai pas tout à fait « attrapé » la ressemblance. Et tant pis. Car mon but est de dessiner, de m’entraîner, avec ce que cela implique de plaisir. Aussi, ne vais-je pas bouder mon plaisir pour une simple histoire de ressemblance.

Le stylo bavait beaucoup. Et j’ai accepté la chose. Sans changer d’outil. Et j’ai décidé de laisser le cou… blanc !

 

Il n’y a pas de petit… profil !

Un autre portrait dessiné au stylo-bille bleu, devant la télévision, par Richard Martens, le 18 juin 2016.
Un autre portrait dessiné au stylo-bille bleu, devant la télévision, par Richard Martens, le 18 juin 2016.

Très souvent, je dessine au stylo-bille. Parfois au crayon graphite, ou avec d’autres outils. Cette fois, vous aurez remarqué qu’il s’agit de stylo…

Ce que j’aime avec le stylo, c’est que son tracé peut ressembler au tracé de la plume avec de l’encre de Chine. Sans avoir à replonger la plume dans l’encrier…

Et on ne perd pas de temps à chercher une gomme… et à gommer ! D’autant que, comme ici, quand le stylo bave, une gomme risquerait d’étaler les « bavures » !

Pour ce portrait de profil, j’ai « crobardé » rapidement… J’en avais envie. Avec des lignes presque droites.

 

Un coin de salon

Un coin d'appartement, dessiné au stylo-bille bleu, par Richard Martens, le 18 juin 2016.
Un coin d’appartement, dessiné au stylo-bille bleu, par Richard Martens, le 18 juin 2016.

Le stylo-bille permet les hachures. Et j’aime les hachures ! Tracer des lignes presque équidistantes… rapidement… ou lentement… Selon l’humeur !

Et  j’aime aussi tracer des courbes, et les faire se croiser…

Ici, j’ai eu envie de tracer des courbes et des contre-courbes…

Et le sujet impliquait de construire ce décor en perspective. Car il s’agit bien d’une perspective. Dès lors qu’il s’agit d’un « bout » de décor constitué de « blocs », de « cubes », de divers parallélépipèdes rectangles…

Une astuce pour croiser les lignes

Quand je vois que la valeur est sombre, je croise des lignes à environ 60° – au « pifomètre » bien sûr. Ce qui implique donc trois axes. Cela évite les croisements à angle droit, qui peuvent faire penser à un grillage… Ce qu’on appelle, en terme professionnel en « cage à poules ».

Si je croise deux lignes, pour éviter les « cages à poules », je veille à croiser les deux lignes de telle sorte que cela forme des angles aigus et obtus, et donc pas d’angles droits !

De la sorte, si le résultat est trop clair à mon goût, je peux ajouter une troisième ligne ! Ce qui donne environ 60° pour chaque des trois !

Pour cette réalisation, j’ai tracé plutôt lentement. En me mettant dans l’état du cerveau droit, dont parle Betty Edwards…

Et j’ai aimé construire cette vue perspective… Bien que je préfère, et de loin dessiner ou croquer des portraits, des personnes en pieds, des animaux…

 

Portrait inachevé d’un barbu

Un portrait inachevé, dessiné en 5 minutes, au stylo-bille bleu, devant la télévision, par Richard Martens, le 18 juin 2016.
Un portrait inachevé, dessiné en 5 minutes, au stylo-bille bleu, devant la télévision, par Richard Martens, le 18 juin 2016.

Ce dernier extrait montre un visage inachevé…

L’inachevé peut être dû à un manque de temps de l’artiste. Quelquefois c’est dû au fait que le modèle disparaisse. Ce qui est souvent le cas à la télévision, ou dans les transports en commun…

Il peut aussi arriver qu’une partie du modèle soit invisible, plongé dans le noir ou masqué par quelqu’un ou quelque chose…

Et puis, cela peut être le choix de l’artiste. Pour cette image, je n’en ai plus le souvenir…

Bien sûr, ces quatre extraits sont plutôt plus grand que les originaux. Je fais ce choix, car je sais que certaines personnes apprécient de pouvoir voir les détails, afin de comprendre la façon de faire. Et comme j’aime partager…

Et pour le cas où elle lirait cet article, j’ai mis les « textes-signatures » plus petits qu’autrefois. Merci Audrey pour ce conseil…

Que pensez-vous de l’utilisation du stylo-bille ? Et de ce style de hachures ?

Richard Martens

Texte version 1.2


Notes

  1. Sur un autre de mes blogs, dédié au dessin en cerveau droit, j’explique comment je me suis remis au dessin, grâce à Renata : http://dessin-cerveau-droit.fr/dessins-sur-post-it-1/
  2. Renata propose, chaque vendredi, une idée pour progresser en dessin : http://lesimages2renata.com/
  3. Pour mémoire, le format A4 correspond au format très répandu en France : 21 x 29,7 cm. Le format A5 égale la moité du A4, dans sa plus grand dimension, soit, en principe, 14,85 x 21 cm. Et donc le A6 est de moitié plus petit que le A5, et mesure donc, en principe, 10,5 x 14,85 cm.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Portrait d’homme-0001

Je crois me souvenir que j’ai dessiné ce portrait quand je devais avoir une vingtaine d’année. À partir d’une photo un peu floue d’un Roman-film… Ce qui m’avait incité à le faire était… l’éclairage !

 

Deux crayons : pierre noire et craie blanche

Portrait d'homme, aux deux crayons (pierre noire et craie blanche) sur papier gris pour pastel par Richard Martens.
Portrait d’homme, aux deux crayons (pierre noire et craie blanche) sur papier gris pour pastel par Richard Martens.

L’expression “deux crayons” est utilisée en matière d’art et dans le domaine de l’histoire de l’art. Il ne s’agit pas de crayons dans le sens qu’on lui connaît actuellement. Il s’agissait, à l’origine de matières naturelles : la pierre noire, et la craie blanche.

Bien sûr, il n’est pas question d’une simple craie, pour écrire sur un tableau. C’est une craie d’art, donc de bien meilleur qualité !

 

Les “ancêtres” du pastel ?

Quand on parle de crayons, il peut s’agir de :

  • pierre noire ;
  • craie blanche ;
  • sanguine ;
  • bistre ;
  • sépia.

Ces trois derniers “crayons” sont des teintes chaudes, dans les nuances de bruns. Actuellement, on peut les acheter dans le commerce sous forme de bâton à base carrée, ou cylindrique.

Si on désire pratiquer le pastel, c’est une façon économique et traditionnelle de commencer.

Et quand on pratique, on utilise deux ou trois d’entre-eux. Aux trois crayons, cela peut être :

  • pierre noire ;
  • craie blanche ;
  • et l’une des trois restantes.

Comme Watteau, ou Michel-Ange, parfois les deux crayons peuvent être :

  • craie blanche ;
  • sanguine.

 

Un vrai bâton brut de sanguine à l’ancienne !

Vrai bâton brut de sanguine ancienne. Photo : ©Richard Martens
Vrai bâton brut de sanguine ancienne. Photo : ©Richard Martens

J’ai mis délibérément cette photo en grand format, afin de bien monter qu’autrefois, ces “pierres” étaient un peu “brut de décoffrage” ! À tel point que quand je l’utilise, il arrive que cela ne trace pas, car, dans ce bâton il y a des impuretés, de minuscules morceaux de “cailloux” !

Dans le commerce, les bâtons qui sont vendus sont évidemment sans impureté ! Leur surface est lisse. Ce qui n’est pas le cas de la pierre sur la photo : plein de creux, de bosses, de relief…

Que pensez-vous de tout cela ? Cela vous donne t-il envie de pratiquer ?

Richard Martens (;-{D}

Texte version 1.1


 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Portrait de trois dames

Voici une peinture à l’huile qui fut une commande. La commande d’une dame qui souhaitait offrir la toile pour un anniversaire, à sa mère… Ce que je suppose qu’elle fit.

C’est la seule trace que je possède de cette peinture à l’huile. Il s’agit d’une photographie argentique en 24 x 36 mm. C’est ce négatif, de très petit format, que j’ai scanné, il y a d’ailleurs fort longtemps…

Cette reproduction est légèrement flou, afin de garder l’incognito des personnes représentées…

Triple portrait de dames

Portrait de trois Dames. Peinture à l'huile par Richard Martens.
Portrait de trois Dames. Peinture à l’huile par Richard Martens.

Cette peinture sur toile fut donc une commande. Laquelle me fut transmise par un collège, qui ne souhaitait pas la réaliser. Quant à l’encadrement, il fut réalisé par la professeure d’encadrement de l’atelier, si mes souvenirs sont fidèles…

J’ai fait cette peinture, dans le cadre d’un atelier privé Parisien, où je donnais des cours, toute la journée du jeudi, chaque semaine. Et par le biais de l’atelier, certaines personnes, de passage, venaient commander une peinture…

C’est l’une des rares toiles que j’ai vendue, aidé en cela par Georges, le collègue peintre… Il est vrai que comme j’exerçais comme illustrateur, je n’avais pas le besoin de vendre, puisque ce que je vendais, dans la presse2 et dans l’édition3, voire plus rarement dans la publicité, c’était le droit de reproduction, et non le droit de propriété. Car la pratique dans ces trois univers, est d’acheter un droit de reproduction, selon la loi du 11 mars 1957, sur la Propriété artistique et littéraire, Ainsi, je pouvais garder les originaux… Et si le droit de reproduction n’est pas un droit exclusif, il arrive que le photographe, ou l’illustrateur, vende à nouveau sa création ailleurs… Si le sujet s’y prête ! Cela m’est arrivé…

Ici, la commande consistait à reproduire une photo d’amateur, assez petite, faite lors d’une soirée, dans un restaurant, de ces trois dames, avec un éclairage relativement sombre. Le document original était très chaud de couleurs, avec une forte dominante orange, comme souvent lors de prises de vues en intérieur, avec un éclairage artificiel.

Il a été proposé — et accepté — de placer les trois personnes dans un jardin. Et j’ai cherché à rendre une atmosphère relativement “magique”, par les couleurs. Et la commanditaire a semblé contente de cette peinture…

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Richard Martens

Texte version 1.6

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer