Aquarelle et lavis – 004

Dans le cadre des cours d’aquarelle d’Olivier Geffard1, ce dernier nous propose parfois une nature morte. Ou une étude documentaire… Et parfois il nous propose de réaliser une aquarelle à partir d’une photo. C’est le cas ici… Dans mon précédent article, j’ai indiqué que, dans mes « stratégies de succès »2, il y a la notion de « difficulté » ET aussi de « défi ». Aussi ai-je choisi de peindre des nuages. Il est vrai que j’affectionne les nuages, les brouillards, le flou, le dégradé… Et il parait que ce serait difficile ?

 

Interpréter une photo, c’est important !

Photo du mont Huangshan dans les nuages", 1982.
Photo du mont Huangshan dans les nuages », 1982.

J’ai choisi cette photo du mont Huangshan, une montagne de Chine.

Je trouve belle cette photo. Et il y a des nuages…

En principe, quand on utilise une photo, elle n’est pas libre de droit. De droit d’utilisation… Sauf si on part d’une photo pour l’interpréter. Comme, en littérature par exemple, où on peut lire des variantes, des interprétations de Roméo & Juliette, ou du cycle Arthurien… Ou comme en Chine, qui a beaucoup emprunté à l’Occident, pour les traités d’anatomie artistique, par exemple…

Et j’ai pensé que cette photo allait me laisser une certaine liberté d’interprétation ! Car j’avais envie de l’interpréter !

 

Les premières sous-couches, en « mouillé sur mouillé » !

Esquisse de l'aquarelle de Richard Martens : "Le mont Huangshan dans les nuages". Février-mars 2017.
Esquisse de l’aquarelle de Richard Martens : « Le mont Huangshan dans les nuages ». Février-mars 2017.

J’ai commencé par poser quelques masses de couleurs diluées. Essentiellement en « mouillé sur mouillé », comme je l’ai expliqué dans le précédent article…

Cela correspond aux sous-couches nommées « jus » en peinture à l’huile. Des « jus » qui sont de la peinture à l’huile diluée à l’essence. La comparaison s’arrête là…

Sur la photo, le plus foncé est au premier plan.

Et les plans très lointains sont un peu plus pâle.

Et le plus pâle est le plan intermédiaire…

 

Première version de l’aquarelle : est-ce finit ? Non !

Première version de l'aquarelle de Richard Martens : "Le mont Huangshan dans les nuages". Février-mars 2017.
Première version de l’aquarelle de Richard Martens : « Le mont Huangshan dans les nuages ». Février-mars 2017.

Contrairement à la photo, j’ai décidé que chacun des plans soient de plus en plus clair, du proche au lointain. Ce qui n’est pas tout à fait le cas dans cette première version.

En effet, j’aurais pu décidé que cette aquarelle était… terminée. Hors, Romain, un de mes condisciples, m’a parlé du principe des trois lointains dans les aquarelles Chinoises !

Le principe est de donner un effet d’éloignement en ayant « trois lointains », donc trois plans, pour donner une impression de profondeur de champs. Premier plan, plan intermédiaire et plan lointain.

Fort de cela, j’ai observé plus attentivement le résultat, et, en effet, j’ai vu que la partie la plus éloignée avait quasiment la même valeur que les crêtes intermédiaires.

J’ai donc décidé de « laver » légèrement les crêtes les plus éloignées.

Que signifie « laver une aquarelle » ?

Laver une aquarelle signifie éclaircir une partie d’une aquarelle.

Comment laver une partie d’aquarelle ?

Comment ? En « peignant », avec de l’eau, la partie à éclaircir ! Puis en posant un « tissu » absorbant (« Sopalin » ou un équivalent). Surtout sans frotter ! J’ai bien écrit « poser ». En appuyant fort, sans bouger le « Sopalin ». Et recommencer avec un pinceau chargé d’eau, jusqu’à arriver à la valeur souhaitée.

Pourquoi ne pas frotter la surface lavée ?

Il est essentiel de ne pas frotter la surface, car elle est mouillé. Et si on frotte une partie mouillée, il y a un très grand risque d’abimer la surface ! Auquel cas, les dégats sont irrémédiable… En conclusion, je déconseille fortement de frotter un papier mouillé !

 

Deuxième version de l’aquarelle de la montagne, avec un lointain plus pâle

Deuxième version de l'aquarelle de Richard Martens : "Le mont Huangshan dans les nuages". Février-mars 2017.
Deuxième version de l’aquarelle de Richard Martens : « Le mont Huangshan dans les nuages ». Février-mars 2017.

En ayant lavé le plan très lointain, j’ai trouvé que cela donnait mieux l’effet d’éloignement du très lointain…

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Concernant l’interprétation, j’ai supprimé les détails en bas à droite. Et j’ai « gommé », modifié les reliefs de la montagne… Et fait en sorte d’inverser les plans, en veillant à ce que chaque plan soit bien distinct de précédent.

De plus, j’ai eu envie que le premier plan se détache plus. Pour cela, j’ai intensifié les couleurs du premier plan.

 

Troisième et dernière version de l’aquarelle de la montagne, avec un premier plan plus contrasté

Troisième version de l'aquarelle de Richard Martens : "Le mont Huangshan dans les nuages". Février-mars 2017.
Troisième version de l’aquarelle de Richard Martens : « Le mont Huangshan dans les nuages ». Février-mars 2017.

Cette fois, j’ai décidé d’arrêter… Car il me semble que j’ai obtenu « mes trois lointains ».

Et que chaque plan est « lisible »…
Merci de me donner votre avis… Que pensez-vous que tout cela ?

Richard Martens (;-{D}

Texte version 1.0


Notes

Comme d’habitude, voici le lien de l’article, au cas où il serait brisé dans le corps de l’article… Si c’est le cas, il vous suffit de faire un copier-coller du lien ci-dessous, et de le coller dans la barre de votre navigateur…

 

  1. Olivier Geffard. Son site vous donne à voir ses réalisation, que j’aime : http://geffard.com/
  2. Stratégie de succès : c’est un ensemble d’étapes inconscientes que nous mettrions en pratique pour « réussir » (« succès ») ou « rater » (« échec ») ce que nous entreprenons. Je mets évidemment des guillemets pour faire ressortir le relatif de ces mots.

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Aquarelle et lavis – 003

Toujours dans le cadre des cours d’aquarelle d’Olivier Geffard1, j’ai réalisé une aquarelle de… Paysage ! Cela peut sembler normal. Cependant, ayant une « nature » casanière, les paysages ne m’intéressaient pas particulièrement. Que ce soit à dessiner, à peindre ou à voir comme oeuvre d’art (photo, peinture, dessin)… Or, ces dernières années, je me suis surpris à apprécier de plus en plus les paysages (merci Françoise !). Voici donc mes premiers « essais » de paysages… Comme je connais bien mes « stratégie de succès »2, qui ont fait l’objet d’un « exercice » pendant l’une de mes formations en PNL3, j’en ai tenu compte en pratiquant l’aquarelle…

 

Ebauche d’un paysage Corse à l’aquarelle

Ebauche d'un paysage Corse à l'aquarelle, par Richard Martens, en 2017.
Ebauche d’un paysage Corse à l’aquarelle, par Richard Martens, en 2017.

Quand je pratiquais autrefois l’aquarelle, comme illustrateur, j’avais l’habitude de poser de nombreuses couches d’aquarelle. Ce qui fait que le résultat était plus proche de la gouache que de l’aquarelle. Car je gagnais en précision et en réalisme, ce que je perdais en transparence et en fraicheur. Caractéristiques typiques de l’aquarelle.

C’est d’ailleurs pour revenir aux bases de l’aquarelle, fraicheur et transparente, que j’ai décidé de suivre des cours avec Olivier ! Dont j’apprécie justement ces caractéristiques dans ses oeuvres.

Olivier nous propose de peindre en deux « couches ». trois maximum. Ceci pour garder la transprence…

Pour ce paysage Corse, j’ai d’abord placé une première « couche » sur l’ensemble du dessin. En décidant de modifier les couleurs du document ! En plaçant la plupart des aplats ou presque, en pratiquant « mouillé sur sec ».

Et pour le fondu des couleurs, ainsi que pour le brouillard ou les nuages, je pose la couleur « mouillé sur mouillé ». En « réservant » le blanc du papier. « Réserver » signifiant qu’on ne pose aucune couleur sur la zone réservée ! Donc on « réserve » le blanc du papier.

 

Les deux principes en aquarelle

Explication des termes employés ci-dessus ! En aquarelle, il n’y a que deux façons de poser la couleur :

  • « mouillé sur sec » ;
  • « mouillé sur mouillé ».

Mouillé sur sec

Aquarelle posée en "mouillé sur sec", par Richard Martens.
Aquarelle posée en « mouillé sur sec », par Richard Martens.

Le premier terme de l’expression désigne la couleur.

Le deuxième terme designe l’état du papier.

Donc ici, le premier terme signifie que la couleur posée est forcément liquide, donc le terme qui désigne la couleur est « mouillé ».

Et la couleur est posée sur le papier qui est « sec ».

D’où l’expression « mouillé sur sec ». Couleur sur papier sec !

Caractéristiques du « mouillé sur sec »

Ce qui caractérise le « mouillé sur sec » à l’aquarelle, c’est la netteté du contour des touches de couleur d’une part, et d’autre part le contour plus foncé. Ce que nous pouvons voir sur cet extrait ci-contre.

 

Mouillé sur mouillé

Aquarelle posée en "mouillé sur mouillé", par Richard Martens.
Aquarelle posée en « mouillé sur mouillé », par Richard Martens.

Dans ce cas-là, la couleur, le « mouillé », est posée pendant que le papier est encore mouillé :

  • soit par la couleur précédente qui vient d’être posée. Auquel cas les deux couleurs se mêlent ;
  • soit par de l’eau qui a été posée, via un pinceau (tracé précis), ou via un vaporisateur (forme floue) toujours, bien sûr, sur le papier.

Lequel papier est qualifié de « mouillé ». Donc « mouillé (la couleur) sur mouillé » (le papier) !

Caractéristiques du « mouillé sur mouillé »

Ce qui est typique du « mouillé sur mouillé », c’est le fondu de deux couleurs, ou le fondu d’une couleur ver le blanc du papier (voir la photo). Comme un dégradé…

 

 Les tris primaires en PNL

Sigle PNL, par Richard Martens
Sigle PNL, par Richard Martens

En PNL3, il est « dit » que nous avons un ensemble de « petits » programmes inconscient, nommés « méta-programmes ». Qui entrent en action dès que nous agissons.

L’un d’eux se nomme les « Tris primaires »4. Lesquels comportent cinq catégories, qui sont des centres d’intérêts de chacune et de chacun. Les voici dans le désordre :

  • les personnes, les gens ;
  • les informations, le savoir ;
  • les activités ;
  • les lieux ;
  • les objets.

Nous aurions, bien sûr, les cinq. Avec deux ou trois « Tris » dominants (dans) notre vie.

Un(e) artiste, comme tout le monde, a des préférences inconscientes. Voyons quelques exemples en peinture…

  • Dans l’histoire de l’art, des peintres comme Vermeer, ou Chardin, avait un « Tri primaire – Personnes », car ils ont peint beaucoup de portraits.
  • Des peintres comme Hubert Robert, ou Claude Gellée, dit Le Lorrain, avait un « Tri primaire – Lieux », comme le montre leurs oeuvres, des paysages.
  • Un peintre de nature morte est donc plutôt « Tri primaire – Objets ».
  • Le « Tri primaire – Activités » génèrera des peintures de scènes de combats, et d’actions ! Des peintures d’histoire, de scènes bibliques ou mythologiques.
  • Le « Tri primaire – Information » est probablement le fait d’expressions plastiques conceptuelles. Ce qu’on nomme « art contemporain » conceptuel.

 

Paysage Corse à l’aquarelle

Paysage Corse à l'aquarelle, par Richard Martens, en 2017.
Paysage Corse à l’aquarelle, par Richard Martens, en 2017.

Voici le résultat… Souvent deux couches, ou trois maximum. j’ai eu du plaisir à réaliser cette aquarelle. Le premier plan, ainsi que les nuages…

Cependant, je ne suis pas entièrement satisfait du résultat. La presqu’île, par exemple…

 

Prochain « défi » : nuages & brouillard !

Photo d'un paysage Chinois. DR.
Photo d’un paysage Chinois. DR.

Cependant, comme je connais ma « Stratégie de succès », que j’ai évoqué en début d’article, j’ai veillé à ce que la notion de « difficulté » et de « défi » soient présents. Car ces points font partie de ma stratégie — autrefois — inconsciente. Dans les deux premières étapes : la « Situation de départ » & la « Préparation ». Il y a cinq étapes…

C’est pourquoi, fort de cela, j’ai prévu la prochaine aquarelle avec beaucoup de nuages (ou de brouillard ?), car j’aime cette atmosphère… Magique ! Et c’est censé être très difficile à « maîtriser » à l’aquarelle. Il s’agit de la photo ci-dessus !

A bientôt de voir l’aquarelle ?
Et vous, connaissez-vous votre « Stratégie de succès » ? Et que pensez-vous de cet article ? Merci de me le faire savoir ci-dessous…

Richard Martens (;-{D}

Texte version 1.0


Notes & références

Comme d’habitude, voici le lien de l’article, au cas où il serait brisé dans le corps de l’article… Si c’est le cas, il vous suffit de faire un copier-coller du lien ci-dessous, et de le coller dans la barre de votre navigateur…

  1. Olivier Geffard. Son site vous donne à voir ses réalisation, que j’aime : http://geffard.com/
  2. Stratégie de succès : c’est un ensemble d’étapes inconscientes que nous mettrions en pratique pour « réussir » (« succès ») ou « rater » (« échec ») ce que nous entreprenons. Je mets évidemment des guillemets pour faire ressortir le relatif de ces mots.
  3. PNL : Programmation Neuro-Linguistique… Cet article de Wikipédia me semble assez complet. Il y est aussi question de « pseudo-science ». Ce qui me semble un faux problème. Car les scientifiques (physique, chimie, mathématiques) parlent de « sciences dures » ou de « sciences exactes », car dans ces domaines, le résultat est toujours le même. Personnellement, je pense que, à contrario, les « sciences humaines » sont donc toutes des « sciences molles » ou « sciences inexactes ». Puisque les résultats sont variables. Humains en somme ! Ceci, bien sûr, n’engage que moi. https://fr.wikipedia.org/wiki/Programmation_neuro-linguistique

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Peinture au lavis en 3 etapes

Dans cet article, comme promis précédemment, je vous explique comment je peins au lavis (donc à l’encre sépia, ou noire, ou grise, ou bleu…) dans les transports en commun, soit, pour moi : métro Parisien ou bus. Bien que ce dernier secoue beaucoup plus de certains métros ! Peu importe puisque c’est de l’entraînement au dessin…

IMPORTANT : la tenue est celle d’un gaucher. Donc le carnet et les outils sont tenus en main DROITE. Puisque je peins de la main gauche…

Je prépare une courte vidéo pour bien montrer ma façon de pratiquer…

 

Ma technique de peinture au lavis

Trois outils et leur capuchon : feutre tubulaire, pinceau-réservoir à encre et pinceau-réservoir d'eau. Photo annotée : Richard Martens.
Trois outils et leur capuchon : feutre tubulaire, pinceau-réservoir à encre et pinceau-réservoir d’eau. Photo annotée : Richard Martens.

J’ai eu l’occasion, l’autre jour, dans un magasin de produits artistiques, d’expliquer ma façon de faire à trois personnes, qui sont reparties, enthousiastes, en achetant les pinceaux à eau, et à encre, bleue pour l’une d’elle, sépia pour les deux autres…

Voici ce que je leur ai expliqué et montré, car j’avais ma sacoche d’outils avec moi…

Continuer la lecture de « Peinture au lavis en 3 etapes »

Dessiner chaque semaine-0003

Vous aurez peut-être noté le titrage optimiste de cette série d’article : une numérotation à quatre chiffres ! En dehors de cela, voici une partie de ma production hebdomadaire.  Une partie, car, comme je l’ai écrit précédemment, je ne mets pas (ou j’évite de mettre) ce qui correspond aux exercices proposés par Renata. Voici ce que j’ai retenu… Quelques exemples des diverses façons que j’ai, de m’entrainer…

 

La pratique des hachures dans un dessin au stylo-bille

Dessin de Richard Martens, réalisé au stylo-bille bleu, à partir d'une photo d'une sculpture de François Bouché.
Dessin de Richard Martens, réalisé au stylo-bille bleu, à partir d’une photo d’une sculpture de François Bouché.

J’ai réalisé ce dessin sur un carnet au format A5. Lequel, je le rappelle mesure environ 15 cm x 21 cm.

J’ai utilisé un stylo-bille, car c’est un outil que j’aime ! Et le bleu en particulier…

J’ai réalisé ce dessin à partir d’une reproduction d’un beau bronze de François Bouché.

Je n’ai pas ombré le socle. Ni valorisé de quelque manière que ce soit le socle. Car je sentais qu’il pouvais distraire l’attention. Et je voulais mettre l’accent sur la sculpture même, pleine de courbes et de rondeurs…

J’ai rendu les ombres et les lumières par des hachures et des lignes « équidistantes » croisées. Et j’ai beaucoup courbé mes coups de stylo-bille. Afin de bien montrer, pour les personnes qui souhaitent comprendre, j’ai mis, ci-après, un fort agrandissement d’une partie des hachures…

Continuer la lecture de « Dessiner chaque semaine-0003 »

Dessiner chaque semaine-0002

Comme je l’ai écrit dans le premier article, je ne montrerai pas tous les dessins que j’ai réalisé durant le mois de janvier, car une grande partie correspond aux exercices proposés par Renata Dessin1. Ceci afin de ne pas déflorer son programme…

Voici donc les dessins que j’ai retenu pour cette deuxième semaine de janvier 2016. Agrémenté de quelques commentaires, que j’espère pragmatiques…

 

Une statue peinte au lavis

Dessin à partir d'une photo d'une statue de jeune femme, réalisé au lavis, par Richard Martens.
Dessin à partir d’une photo d’une statue de jeune femme, réalisé au lavis, par Richard Martens.

Sur un carnet de croquis au format A5, je suis parti d’une photo d’une sculpture de Gérard Ramon. Photo figurant sur un carton d’invitation…

Comment ai-je fait ?

Continuer la lecture de « Dessiner chaque semaine-0002 »

Dessiner chaque semaine-0001

Parmi les personnes qui me lisent, s’il y en a qui souhaitent apprendre à dessiner, voire à peindre, je ne peux que vous encourager à… dessiner. D’abord et avant tout ! Dessiner ! Dessiner chaque jour, ou aussi souvent que vous le pouvez. Même peu de temps chaque jour. Je parle d’expérience ! En effet, pendant presque vingt ans, j’ai beaucoup pratiqué le dessin et la peinture, dans l’univers de la presse et de l’édition, comme illustrateur et dessinateur de presse. Et dans le même temps, j’ai enseigné diverses matières artistiques et graphiques, en partageant et en transmettant mon savoir & ma pratique. Ces dernières années, j’ai enseigné beaucoup plus, en ne pratiquant quasiment plus l’illustration et le dessin. Tout en ayant le désir de dessiner et de peindre à nouveau. Jusqu’à ce que je croise la route de Renata Dessin, son bloc Lesimages2renata.com1 et ses Groupes Facebook… Car Renata, au mois d’octobre 2015, proposait de faire un dessin par jour, sur un Post-it. J’ai narré cela, en six articles, dans le blog que je dédie au dessin en cerveau droit2

Continuer la lecture de « Dessiner chaque semaine-0001 »

INKtober2016 – RM-13

De petits empêchements font que je n’ai pas publié depuis quelques jours… Il est possible que certaines personnes soient étonnées que je publie encore dans ce qui fut INKtober. Voici donc mon INKvember. Pour ce numéro 13, j’ai opté pour un rébus… destiné au public Francophone !

 

INKtober2016 nº 13 – Un rébus !

Dessin d'un oiseau, réalisée au stylo-bille noir sur papier blanc, par Richard Martens, pour #INKtober2016 nº 13 : "???"… Un rébus ! #thefrenchINKtober #thefrenchINKtober2016 #INKtober #INKtober2016 @jakeparker #RichardMartens
Dessin d’un oiseau, réalisée au stylo-bille noir sur papier blanc, par Richard Martens, pour #INKtober2016 nº 13 : « ??? »… Un rébus ! #thefrenchINKtober #thefrenchINKtober2016 #INKtober #INKtober2016 @jakeparker #RichardMartens

Voici donc le dessin d’un bel oiseau de nuit… A partir d’une photo que j’ai trouvée sur internet.  Un rapace nocturne, pour l’écrire autrement. Je vous laisse chercher un peu… Et je mettrai la réponse dans le prochain article.

Lequel article va débuter une longue série de dessins et de croquis dans des carnets de voyages… Voyages intra-muros. Dans Paris, presque exclusivement…

 

La technique employé pour ce rébus

Toujours fidèle au stylo-bille (noir), j’ai encore dessiné sur une feuille de papier fin et blanc (90 g/m2), en format A4. Je continue d’utiliser ces feuilles, de qualité ordinaire, pratiques avec un stylo-bille… Histoire de les finir.

 

Réponse très bientôt ! Avez-vous trouvé la solution de ce rébus ? Vous pouvez l’écrire en commentaire, ci-dessous… Merci !

 

Richard Martens (;-{D}

Texte version 1.0

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

INKtober2016 – RM-08

Toujours en retard… Cependant, je continue avec un dessin par jour, SANS crayonné. Directement à l’encre ! Pour le numéro 8 d’INKtober, Jake Parker, le créateur de #INKtober1, a proposé le mot « Roche ».

Je participe – à petite vitesse régulière – à #INKtober2016 car Renata Dessin nous a proposé d’y participer2. C’est donc grâce à elle que je publie…chaque jour ! Et comme chaque jour, après avoir publié ce texte, je placerai cette image sur le Groupe Facebook : AteliersCréatifs-Renata3. (:-{0}

INKtober2016 nº 8 – Roche

Dessin d'une roche. Réalisé au stylo-bille noir & au rouge, avec un lavis gris sur papier blanc, par Richard Martens, pour #INKtober2016 nº 8 : "Roche". #thefrenchINKtober #thefrenchINKtober2016 #INKtober #INKtober2016 @jakeparker #RichardMartens
Dessin d’une roche. Réalisé au stylo-bille noir & au rouge, avec un lavis gris sur papier blanc, par Richard Martens, pour #INKtober2016 nº 8 : « Roche ». #thefrenchINKtober #thefrenchINKtober2016 #INKtober #INKtober2016 @jakeparker #RichardMartens

Pour illustrer le mot « Roche », comme vous pouvez le voir, j’ai dessiné – une fois n’est pas coutume – littéralement l’objet lié au mot. Ceci au premier degré : un… caillou ! Ne me demandez pas de quelle roche il s’agit… Je l’ignore. Au collège Jean-Jaurès où j’allais, adolescent, le Directeur, M. Leroux, m’avait exceptionnellement autorisé à faire l’impasse sur le cours de Géologie. Comme je n’ai pas mis le nez dans un livre concernant cette matière, mes connaissances dans ce domaine sont proche de zéro…

Il s’agit, là encore, d’un dessin d’observation. J’aime beaucoup pratiquer le dessin d’observation. Et j’aime les minéraux. J’ai choisi celui-ci car j’aime bien sa couleur brique, presque rouge

Et je n’ai pas cherché une idée originale, car j’avais très envie de dessiner une pierre ! Bien que j’ai eu – sans chercher d’ailleurs – d’autres idées ! Que je ferais peut-être en décembre ? Car l’une d’elle m’amuse beaucoup…

La technique employé pour « Roche »

Le papier est fin et blanc, là aussi – 90 g/m2. La feuille est au format A4.

Le dessin respire, car il est petit dans la page. Il mesure environ 9 cm.

J’ai modelé l’objet au stylo-bille rouge — la dominante de cette pierre, avec de nombreuses hachures et contre-hachures.

Quand j’ai utilisé un pinceau à lavis gris (de l’encre diluée), cela a seulement été pour de très petites zones.

Comme il y a des parties blanches sur la pierre, j’ai pratiqué des réserves (cf. l’article 07, « Perdu »)4.

Toujours une reproduction légèrement agrandie, pour permettre le partage des connaissances

Comme pour l’article nº 07, « Perdu », j’ai calligraphié le texte. Sur ce papier, qui – vraiment ! – n’est absolument pas apte à recevoir la plume !

Merci de me laisser un commentaire ci-dessous pour me dire si cet article vous apporte quelque chose ?

Richard Martens (:-{D}

Texte version 1.1


Notes

Voici les liens de l’article. Si un lien est brisé dans le corps de l’article, il vous suffit de faire un copier-coller du lien ci-dessous, et de le coller dans la barre de votre navigateur…

  1. Jake Parker, qui a conçu #INKtober : https://www.facebook.com/inktober/?fref=ts
  2. Renata Dessin nous a proposé d’y participer, avec son blog « Dessinons ensemble » : http://lesimages2renata.com/
  3. Groupe Facebook « AteliersCréatifs-Renata » : https://www.facebook.com/groups/DessinezAvecRenata/
  4. des réserves (cf. l’article 07, « Perdu ») : http://richard-martens-peintre-illustrateur.com/inktober2016-rm-07/

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

INKtober2016 – RM-07

Pour le numéro 7 d’INKtober, Jake Parker, le créateur de #INKtober1, a proposé le mot « Perdu ». Pour les personnes qui l’ignorent, c’est toujours sans crayonné. Je le rappelle, car certaines personnes au vu de mes dessins, ont cru qu’un crayonné était possible. Donc directement à l’encre comme le nom Anglo-Saxon le laisse clairement entendre. « Ink » égale « Encre ». Et « Tober » est le raccourci de « October » (« octobre »).

Renata Dessin nous a proposé de participer2 à #INKtober2016. C’est d’ailleurs grâce à elle que j’y participe. Après la publication de cet article, comme d’habitude, je posterai ce dessin dans son Groupe Facebook : AteliersCréatifs-Renata3. (:-{0}

INKtober2016 nº 7 – Perdu

Dessin d'un pendule en bois. Réalisé au stylo-bille noir, avec un lavis gris sur papier blanc, par Richard Martens, pour #INKtober2016 nº 7. #thefrenchINKtober #thefrenchINKtober2016 #INKtober #INKtober2016 @jakeparker #RichardMartens
Dessin d’un pendule en bois. Réalisé au stylo-bille noir, avec un lavis gris sur papier blanc, par Richard Martens, pour #INKtober2016 nº 7. #thefrenchINKtober #thefrenchINKtober2016 #INKtober #INKtober2016 @jakeparker #RichardMartens

Pour illustrer le mot « Perdu », j’ai dessiné un pendule en bois foncé.

Il s’agit d’un dessin d’observation. Pour le dire autrement, j’ai posé le pendule devant moi. Avec un peu de pâte adhésive sous lui, de façon à ce qu’il ne roule pas. J’ai choisi l’angle de l’axe médian de l’objet. Et j’ai disposé le fil – double – d’une façon que j’estimais harmonieuse…

Pourquoi un pendule ? Grâce à un remue-méninges !

Quel a été ma démarche en pensant à ce mot ? Comment trouver des idées à partir d’un mot ? En se posant des questions en rapport direct avec le mot !

Je me suis donc demandé : qu’est-ce qui connote une perte, dans le sens de « perdu » ? Ce qui peut donner des pistes…

puis, quand on perd quelque chose – ou quelqu’un, en dehors du petit Poucet, que j’ai failli illustrer –, comment fait-on pour le retrouver ? Ce qui est une autre approche, qui génère d’autres réponses

Et j’ai fait une sorte de remue-méninges. Un « brainstorming » en Franglais… En est ressorti une liste. Si possible une liste concrète. Je veux dire par là, une liste de « choses » concrètes. Pas abstraites. Donc comme des objets, des personnages, des images… Voici le début de ma liste d’éléments observables, imagés  :

  • Le petit Poucet ; des cailloux ; de la mie de pain ;
  • le Bureau des objets trouvés ;
  • Saint Antoine de Padoue, qu’on est censé prier quand on perd quelque chose ;
  • ce brave Tryphon, ancien pratiquant de la boxe Française;
  • etc.

Le pendule de Tryphon !

Et tout à coup ! Euréka ! Que fait ce brave Tryphon, quand il perd quelque chose ou cherche son chemin ? Il utilise un… Pendule !

Et vous me direz : – « Qui est ce Tryphon ? » Voyons… vous ne connaissez que lui ! Tryphon est le prénom du Pr. Tournesol ! L’ami de Tintin et du Capitaine Haddock.

Voilà ! Vous savez tout ! Ou presque…

Pourquoi suivre la liste de Jake Parker ?

pourquoi ai-je choisi d’illustrer les mot de la liste de Jake Parker, traduite en Français4 (cf. #thefrenchINKtober2016) ?

Tout simplement, parce que trouver des idées est amusant, pour moi. Et m’entraine à être créatif ! Ensuite, il n’y a plus qu’à…

La technique employé pour « Perdu »

Pour le papier, il est fin et blanc – 90 g/m2. La feuille est au format A4.

Le dessin mesure environ 9 cm. Donc assez petit dans la page. Comme on dit en terme professionnel, il respire dans la page.

Les premiers tracés ont été fait avec une main légère pour les constructions. Avec un stylo-bille noir, sans crayonné (cf. la règle du jeu).

Puis, comme précédemment, j’ai modelé l’objet au stylo-bille avec de nombreuses hachures et contre-hachures… Et j’ai pris le temps de bien faire le double fil qui vrille un peu…

Enfin j’ai utilisé un pinceau à lavis gris (de l’encre diluée), et j’ai fait un dégradé pour renforcé l’aspect « arrondi » du pendule sur presque toute la surface. Et en pratiquant des réserves. C’est le nom pour les parties du papier qui restent vierges de lavis. Donc les blancs des éclats, c’est le blanc du papier.

Quand j’ai « scanné », j’ai veillé à garder la reproduction un peu plus grande que le dessin. Pourquoi ? Parce que certaines personnes m’ont demandé comment je faisait mes hachures. Avec une reproduction légèrement agrandie, cela leur permet de mieux voir… Et probablement de voir la réponse, de mieux savoir…

Enfin, avec « Faute ! Oh ! Chope !« , j’ai utilisé simplement les deux pipettes pour le noir et pour le blanc, comme sur l’original… si le papier est ivoire ou coquille d’oeuf, bref s’il n’est pas blanc, je n’utilise que la pipette noire. Et je fais le reste « à la main »…

Ah ! J’allais oublié… Comme j’aime la calligraphie, que je la pratique et que je l’enseigne depuis de nombres années, j’ai calligraphié le texte. Et là ! horreur, j’ai réalisé que ce papier n’était pas adapté à la… plume !

 

Article utile ? Pensez à me le faire savoir en commentant ci-dessous. Merci d’avance de le faire maintenant.

Richard Martens (:-{D}

Texte version 1.1


Notes

Voici les liens de l’article. Si un lien est brisé dans le corps de l’article, il vous suffit de faire un copier-coller du lien ci-dessous, et de le coller dans la barre de votre navigateur…

  1. Jake Parker, qui a conçu #INKtober : https://www.facebook.com/inktober/?fref=ts
  2. Renata Dessin nous a proposé d’y participer, avec son blog « Dessinons ensemble » : http://lesimages2renata.com/
  3. Groupe Facebook « AteliersCréatifs-Renata » : https://www.facebook.com/groups/DessinezAvecRenata/
  4. Liste de Jake Parker, traduite en Français : https://www.facebook.com/Inktober2012/?fref=ts

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

INKtober2016 – RM-06

Le numéro 6 d’INKtober, « Caché », est le mot proposé par Jake Parker, le créateur de #INKtober1. Bien sûr à l’encre, sans crayonné…

Après la publication de cet article, je posterai ce dessin sur le Groupe privé Facebook de Renata Dessin, qui nous a proposé de participer2. D’autant que c’est grâce à elle que je participe à INKtober2016. (:-{0}

INKtober2016 nº 6 – Caché

Dessin d'un oeil "Caché" derrière une palissade. Réalisé au stylo-bille noir, avec un lavis gris sur papier teinté, par Richard Martens, pour #INKtober2016 nº 6. #thefrenchINKtober #thefrenchINKtober2016 #INKtober #INKtober2016 @jakeparker #RichardMartens
Dessin d’un oeil « Caché » derrière une palissade. Réalisé au stylo-bille noir, avec un lavis gris sur papier teinté, par Richard Martens, pour #INKtober2016 nº 6. #thefrenchINKtober #thefrenchINKtober2016 #INKtober #INKtober2016 @jakeparker #RichardMartens

J’ai beaucoup hésité sur la façon d’illustrer ce mot… Songeant à un miroir sans tain, à Sherlock Holmes déguisé en fauteuil, aux imageries d’Épinal… Et aussi à ces photos de personnes intégrées dans un décor. Au moins deux artistes pratiquent cela…

Or, ce qui relève de la photo peut être accepté par le spectateur, qui sait qu’il s’agit d’une photo. Même si la photo est truquée ! Des expériences scientifiques ont été faites, et ont montré que les gens peuvent facilement être victime d’illusions d’optique… ou de supercheries ! Et ne voient pas les trucages !

Alors que si on décalque une photo, le spectateur peut – parfois – avoir le sentiment que le dessin ou la peinture est « bizarre ». Quand le spectateur sait et voit qu’il s’agit d’un dessin ou d’une peinture !

J’ai donc renoncé à des personnages ou à des objets cachés dans l’image, à la façon des imageries d’Épinal. Et je me suis tourné vers ce qui montre clairement que quelqu’un se cache. Et là, m’est revenu le souvenir d’une exposition consacrée à Jacques Poirier, à la Galerie Michelle Boulet, dans les années 95 ! Jacques Poirier, le plus grand Maître du trompe-l’œil, avait peint un petit tableau représentant un (son ?) œil avec une trompe, titré : « Trompe-l’œil », bien évidemment. Car Jacques Poirier aimait le trompe-l’œil, la langue Française, les dictionnaires, les jeux de mots et les rébus !

Si l’objectif de Jacques Poirier était d’illustré ce rébus, j’ai réalisé que – pour moi ! – cet œil était caché !

Donc en manière d’hommage à Jacques Poirier, j’ai dessiné mon oeil, comme si j’étais caché, en train de regarder… le spectateur ! Au travers d’un trou dans une palissade. Un peu comme Charlot, qui assiste à un match sans payer…

Voici pourquoi j’ai choisi d’illustrer le mot de la liste de Jake Parker, traduite en Français3(cf. #thefrenchINKtober2016) : « Caché », de cette manière.

Technique pour « Caché »

Pour cette fois, j’ai pris un papier épais, de couleur ocre jaune pâle ! Proche du format A6. Un peu plus grand qu’une carte postale.

Là encore, j’ai tracé avec un stylo-bille noir, sans crayonné (cf. la règle du jeu). Et j’ai complètement modelé au stylo-bille. Tranquillement. Cela m’a pris du temps… Pour l’œil, pour la peau, pour les veines du bois…

Puis j’ai utilisé un pinceau à lavis gris (de l’encre diluée), et j’ai fait un aplat sur toute la surface représentant du bois.

À noter que cette reproduction est plus grande que la réalité.

Enfin, après un « scan », je passe toujours par l’opération « faut tôt chope ! », car le noir n’est pas noir comme sur l’original…

 

Cet article vous a t-il été utile ? Pensez que je ne peux le savoir que grâce à vos commentaires. Merci d’avance d’en laisser un.

Richard Martens (:-{D}

Texte version 1.0


Notes

Voici les liens de l’article. Si un lien est brisé dans le corps de l’article, il vous suffit de faire un copier-coller du lien ci-dessous, et de le coller dans la barre de votre navigateur…

  1. Jake Parker, qui a conçu #INKtober : https://www.facebook.com/inktober/?fref=ts
  2. Renata Dessin, qui nous a proposé d’y participer, avec son blog « Dessinons ensemble » : http://lesimages2renata.com/
  3. Liste de Jake Parker, traduite en Français : https://www.facebook.com/Inktober2012/?fref=ts

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer