Aquarelle et lavis – 002

Détail d'une aquarelle d'un chou, réalisé par Richard Martens.

Toujours en novembre 2016, et au début de décembre, j’ai continué de pratiquer le lavis, dans les transports en commun ou ailleurs, ainsi que l’aquarelle… Voici donc quelques nouveaux dessins…

Merci à Dorothée !

J’expliquerai en détail ma façon de faire dans le prochain article !

 

Lavis d’une jeune fumeuse à la gare de Lyon

Dessin au lavis d'une fumeuse devant la Gare de Lyon, par Richard Martens.
Dessin au lavis d’une fumeuse devant la Gare de Lyon, par Richard Martens.

Ce jour-là, le dimanche 13 novembre, j’avais rendez-vous à la gare de Lyon, pour visiter l’exposition consacrée au Studio Walt Disney, au Musée des Arts ludiques, avec des amies. Comme j’étais un peu en avance, j’en ai profité pour réaliser quelques lavis dehors, devant l’entrée. Qui était le lieu de rendez-vous convenu.

Cette page et la suivante sont extraites d’un carnet de format A6 environ.

J’ai réalisé ce lavis avec deux pinceaux et un feutre :

  • un pinceau-réservoir à encre de couleur sépia ;
  • un pinceau-réservoir d’eau ;
  • un feutre sépia indélébile fin.

Le dessin a été réalisé rapidement, environ 5 minutes, à peine le temps qu’une demoiselle, un peu à contre-jour, fume une cigarette, dans le vent.

J’ai commencé par la dessiner, à l’aide du feutre fin indélébile, de couleur sépia. Puis j’ai placé les valeurs, là où j’estime être du noir, ou proche du noir. Et immédiatement j’ai dilué et dégradé avec de l’eau…

Quelques lavis en attendant à la gare de Lyon

Dessins et esquisses au lavis, devant la Gare de Lyon, par Richard Martens.
Dessins et esquisses au lavis, devant la Gare de Lyon, par Richard Martens.

Avant le dessin précédent, j’avais fait des dessins rapides, voire des croquis, car réalisés en 2 ou 3 minutes. Dessins et croquis sont toujours sur un carnet A6 pour aquarelle.

Dans la partie haute, ce sont plutôt des croquis, un buste aperçu rapidement à contre-jour à gauche, voire une simple silhouette à droite, car les gens ne font que passer…

Dans la partie basse, comme je m’étais échauffé, j’ai pu dessiner plus rapidement, je suppose…

 

Aquarelle d’une nature morte aux légumes, version 1

Nature morte à l'aquarelle, par Richard Martens, version 1.
Nature morte à l’aquarelle, par Richard Martens, version 1.

Pour son cours d’aquarelle, Olivier avait composé une nature morte avec quelques légumes : un champignon, deux pommes de terre, etc.

J’étais perplexe face à mon résultat. Car je trouvait cette aquarelle peut-être un peu pâle. Voire trop pâle ?

Aussi l’ai-je scannée, avant de la poursuivre chez moi. Dans ce but, j’avais photographié cette composition…

 

Aquarelle d’une nature morte aux légumes, version 2

Nature morte à l'aquarelle, par Richard Martens, version 2.
Nature morte à l’aquarelle, par Richard Martens, version 2.

Je l’ai donc continuée chez moi…

Au final, j’ai trouvé que l’aspect général avait sûrement gagné en contraste. Et peut-être perdu en transparence. En étant proche, me semble t-il, d’une peinture à la gouache. Sans en avoir la matité, ou le velouté, bien sûr.

En fait, à l’aquarelle, il est possible de peindre plusieurs couches les unes sur les autres. C’est une technique que certains illustrateurs emploient, et que je connais bien pour l’avoir pratiquée…

Dans ce cas, on perd la transparence, typique de la pochade à l’aquarelle. Or, c’est ce que je veux pratiquer : la transparence et le fondu !

Une amie, Dorothée, à qui j’ai montré ces aquarelles, pour avoir son avis, m’a fait remarquer que, pour elle, il n’était pas évident de rendre la transparence avec une pomme de terre… Plus tard, je me suis fait la remarque que c’était un bon « défi », un bon jeu, que de peindre des pommes de terre à l’aquarelle, en suggérant la transparence ! Affaire à suivre…

 

Aquarelle d’un beau et gros chou

Aquarelle d'un chou, réalisé par Richard Martens.
Aquarelle d’un chou, réalisé par Richard Martens.

Le samedi 17 décembre 2016, lors du cours d’aquarelle, Olivier nous a proposé de peindre un chou. Un bon gros chou blanc !

Je l’ai vu comme une occasion de faire une (presque) étude documentaire d’un chou. Cela me convenait. Car le jeu, pour moi, était de rendre les couleurs, un peu pâles, la matière des feuilles ET la transparence de l’aquarelle. Donc le moins de couches possibles. une ou deux, ce serait excellent. Trois au maximum !

Il me semble que j’ai atteins mon objectif… Le dessin, au crayon graphite, est relativement peu visible, tout en étant présent. Les couleurs me semblent proches de la réalité. La transparence est bien au rendez-vous. Avec peu de couches d’aquarelle. Ce que je ne faisait pas autrefois…

Ce qui m’a réjouis… Merci Olivier Geffard1 pour tes conseils !

 

Avez-vous déjà peint au lavis ou à l’aquarelle ? Vous pouvez me répondre en commentaire, ci-dessous…

Richard Martens (;-{D}

Texte version 1.0


Notes

Merci, Dorothée, pour tes remarques et ton enthousiasme…

Comme d’habitude, voici le lien de l’article, au cas où il serait brisé dans le corps de l’article… Si c’est le cas, il vous suffit de faire un copier-coller du lien ci-dessous, et de le coller dans la barre de votre navigateur…

  1. Olivier Geffard : http://geffard.com/

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Auteur : Richard Martens

Diplômé des Arts-Déco (Ensad) de Paris. Ancien étudiant des Beaux-Arts (Ensba) de Paris. Illustrateur & graphiste de formation. J'ai exercé pour la presse, l'édition, le jeu vidéo pendant environ 20 ans. Professeur de dessin, de peinture & de graphisme depuis 1984… Et j'enseigne le dessin réaliste en cerveau droit depuis 1986…